Contact rédaction cirque.de.cilaos@free.fr précisez "zoizo" dans le texte ou le sujet pour passer l'antispam.
index local
vidéos: alerte nuisances du tourisme aérien.
retour page de comptes rendus principale.

CILAOS MON AMOUR les dernières nouvelles
"Désordre en l'air"

ALERTE HÉLISTATION DE CILAOS



2018-10
2018-11 cette page

OBSERVATIONS

- 20181107_0850 Nouveau hélicoptère blanc avec arrière bleu (hélilagon?), il a un fenestron au rotor arrière et ressemble physiquement aux "nouveaux hélicoptères" de CORAIL, mais le bruit est réellement moins fort qu'un hélicoptères classique (de type écureuil) et au niveau d'un ULM de type RANS-S (ce qui n'est plus le cas des hélicoptères de même apparence de la compagnie Corail-hélico dont le bruit tend même à dépasser celui d'un hélicoptère de type écureuil),ce nouvel hélicoptère semble aussi plus lent: si il passait le matin de bonne heure et en même temps que les autres il ne présenterait que peu de gêne supplémentaire: techniquement c'est une amélioration, mais c'est aussi un de plus qui fait isolément encore assez de bruit pour couvrir le murmure de la forêt: Si ce "un de plus" qui assure tôt le matin des survols en évitant ainsi que ce soit plus tard faute de disponibilité immédiate d'un hélico c'est mieux, mais si c'est encore un de plus qui va boucher des trous de silence en plein millieu de matinée voir de journée en plus du ballet aérien matinal, c'est moins bien, et cela est une question d'organisation.
  (rappel de la problématique: que le bruit reccomence n'importe quand en matinée voir en journée, en dehors du ballet aérien densifié du matin (qui impose d'attendre "que ça passe") qui ne devrait pas durer et libérer les lieux assez tôt pour laisser le calme vraiment revenir par beau temps).
L'observation d'un hélicoptère différent qui présente un réel progrès en acoustique pose question sur le bruit épouvantable de ceux de Corail, du même type, mais qui trahissent leur promesses: ils ont été modifiés ou bien ne sont pas utilisés dans leur optimum mécanique..

- Essais de mise en poste d'observation d'une mini caméra Sony-HDR MV1: 2h d'ambiance sonore avec audio aac 256kb/s et vidéo 1.25Mb/s = équivalent de 2 heure de CD-audio avec un son exploitable et la vidéo en plus publiables pour le laindemain. Le délai de publication pourrait être raccourci de 5h avec un envoi du fichier via la 4G.


-État des lieux  2018-11 ALERTE "l'attaque des drones".

- Drônes: il y en a trop, quasiment tous les jours si le site est touristique, et ils commencent à faire une pression insoutenable sur les espaces naturels sensibles à des centaines de mètres à la ronde d'aires de pic nique ou de belvédères.
parralèlement, la carte de la Réunion est une "zone blanche" sur les cartes de la DGAC, rien n'est mentionné, rien n'est fait pour renseigner les pilotes de drone sur la situation, et aucune pancarte ne sensibilise des préjudices provoqués par leur survol dans des espaces naturels où la quiétude est nécéssaire aux oiseaux et même à des gens qui tentent de les voir ou les écouter (dans le sentier botanique de la Roche Merveilleuse en particulier).

- À surveiller: avec au moins la sensibilisation du public par cartes, prospectus et pancartes: Le drone du touriste "lambda" qui va faire sa petite virée-photo à proximité immédiate d'un site touristique, qui impacte des zones de quiétude sensible bien trop souvent voir quotidiennement, fortement intrusif sur les forêts primaires proches d'accès touristiques: il devrait y avoir une carte des zones sensibles à ÉVITER et des pancartes sur les lieux touristiques: ce que le touriste lambda ne se doute pas, c'est qu'il est le dizième ou plus depuis le début des vacances a avoir envoyé son drone au même endroit que les précédents et que la situation qui le concerne relève désormais de l'équation  "un de plus après beaucoup = trop" .

- À limiter et faire réglementer d'urgence. Particulièrement dommageable à la faune et à grande échelle (plusieurs kilomètres carrés): le drone FPV-racer, dont le but du vol  n'est pas de faire des images précises d'un lieu, mais de faire des sensations "en immersion et cela d'autant plus qu'il existe une forme de tourisme-associé à surveiller et limiter d'urgence: se rendre en groupe sur un lieu et à explorer les remparts environnant avec des lunettes de vision permettant de suivre en direct les images du drone avec la recherche de sensations de vol spectaculaire: on ne se contente pas d'aller voir, mais la recherche c'est de voler vite, de se faire peur en frôlant des obstacles, monter, descendre, virer, piquer, ce type de drone effectu tout ce qui est le pire pour les oiseaux et qui ressemble à des comportement d'attaque et d'intimidation: intrusion brutales au dessus d'un rempart, looping, passages en vitesse entre deux arbres, piqués, et passages répétés et rapprochés des reliefs.

- URGENCE À  appréhender les pilotes en infraction volant loin de la vue directe de leur drone et en dehors du cadre réglementaire en dehors de toute autorisation: ces pilotes font facilement plus de dérangements car ils vont "voir" les remparts, loin, et s'approchent plus encore des nichées d'oiseaux: la portée de la liaison radio du drone étant de l'ordre de 10km avec des capacités de vol durant 30mn et une vitesse pouvant atteindre 50km/h de moyenne, ces vols longue distance exposent tous les remparts depuis CILAOS-CENTRE..

- L'activité d'aéro-modélisme locale, souvent menée sur le stade de Bras Sec et au quartier ZAC rolang-garros est sans impact notable et n'a rien à voir avec ces nouveaux engins, elle dure depuis de nombreuse années avec des des engins évoluant à vue dans un territoire délimité par leur faible performance et la nécéssité de les voir du poste de pilotage placé à terre, et sont bien moins bruyants: ce sont des petits avions et des véritables mini-hélicoptères utilisant le pas cyclique et une stabilisation mécanique, du coup bien moins bruyant que le moindre drone qui joue sur les variation de fréquence de rotation de ses hélices pour la stabilité, avec des hélices à pas fixe (technologie bien plus bruyante et combinant des fréquences combinées et discordantes).

l'alerte "drône" est lancée à
- la BGTA (qui ne peut pas faire le voyage pour jouer le rôle de poulet et en passant à coté de l'infraction 9 fois sur 10 après s'être tapé la route de CILAOS)
- À l'ONF (et son administration!!!) pour d'éventuelles pancartes de sensibilisation des touristes près des accès aux zones touristiques et sentiers
- À  la SEOR pour obtenir des pancartes et une protection, ainsi qu'à la DGAC (on sait jamais) pour obtenir une carte, en insistant en  priorité sur la nécéssité que la fragilité des forêts primaires soit communiquée au public.
- Au Parc National?

 Mais c'est des démarches administratrives qui risquent de durer alors que durant les mois voir années qui vont suivre la popularité des drones risque de rivaliser avec celle des appareils photo en pleine zone touristique. Ces nuisances ne sont encore que l'affaire de touristes  innocents qui envoient "leur jouet" faire un peu plus que leur selfie du haut des belvédères touristique et il est temps que ça n'augmente plus ou rediminue.

L'impact est particulièrement important au site de la ROCHE MERVEILLEUSE, par ce que

- La fréquentation touristique (pouvant atteindre 300 touristes-jour) implique qu'un petit pourcentage de touristes équipés suffit à augmenter le nombre de répétition à près d'un drone par jour en moyenne: ce n'est plus qu'occasionnel et cela commence à faire un stress répété qui justifie le déménagement des oiseaux nicheurs (intrusif et bien plus gênant que le seul bruit) Les oiseaux nichent moins et plus loin et se raréfient autour du site de la Roche Merveilleuse....
- Le drone va systématiquement faire un vol à basse altitude au dessus de la canopée de la forêt du sentier botanique, en raison de l'attrait visuel des arbres avec barbe de st-antoine: le site fragile est aussi  la cible privilégiée.
- L'impact se produit sur une zone où nichent et se concentrent des oiseaux par ce que c'est restauré (libéré des plantes envahissantes)
- Ça impacte des gens  sur le sentier botanique qui sans que le pilotes de drone le voit sont parfois survolés de quelques mètres avec toute l'insistance que fait un survol prolongé (parfois 20mn d'affilée) sur un parcours mené en boucle et restant donc exposé à la nuisance.
- À moins de 200m d'une zone de nidification de papangue
- À moins de 1.5km à vue sont les zones de nidification des pétrels


D'autres sites sensibles sont  à noter
- la ravine séparant le Parc à boeuf du Bonnet carré, souffran déjà de surfréquentation au lieu dut "bassin bleu", et couloir de passage des papangues.
- les environs de la future hélistation de brûlé marron qui étaient une zone privilégiée d'évolution des papangue en rapport avec l'aérologie et le couloir de circulation des oiseaux que constitue le Bras de Benjoin, mais là le paysage a déjà morflé.
- piton fleurs jaune

Nuisances sonores du tourisme aérien: gyrocoptère en moins pourvu que ça soit acquis.

- Novembre 2018 semble plus calme que les autres années. Pourtant c'est idem: concentré quasi en continu les 2 premières heure plus les "normeaux" 4 à 7 survols/heure qui prolongent la présence du bruit aérien entre 9h et 12h avec même tendance plus marquée à l'étalement horaire sur le tard (paramètre négatif, la tranquilité se fait attendre plus longtemps) mais c'est SANS PASSAGE DU GYROCOPTÈRE (survols entre septambre 2017 et début octobre 2018, en espérant que cette fois c'est fini avec cet engin),
Rien que cet aéronef en moins donne une impression d'amélioration comparé aux autres années à la même période, par ce que c'était à la fois le plus bruyant, mais celui dont les passages duraient le longtemps par survol..

Il existe le matin des moments d'accalmies parfois importants entre les hélicos, pouvant atteindre... un quart d'heure:, mais c'est pour que ça reccomence plus tard et on n'est pas tranquille tant que les nuages n'ont pas tout bouché: l'abolition de la quiétude par beau temps sans cadre horaire demeure. L'alerte demeure urgente pour un cadre horaire limitant l'emprise de cette nuisance dans le temps et la préservation de certaines zones où le tourisme aérien n'est pas le seul moyen d'accès, redonnant une continuité dans la disponibilité des lieux dans les zones à forte fragilité

Tant qu'il fait beau, il reste peu probable de pouvoir écouter les oiseaux endémiques, dont la présence semble diminuée à comparer de l'année précédente (et avec  une plus grande fréquence de passage de drones et un tourisme particulièrement peu respectueux, bruyant et sale sur les sentiers l'hiver 2018 et pour les vacances d'octibre 2018, faute de sensibilisation),

Pas évident de se relaxer ou de randonner en écoutant la nature,sans doute pas trés évident aussi de rester connecté avec des confrères en tant qu'oiseau endémique tant les moments de calme restent trop étriqués pour retrouver les grandes symphonies d'oiseaux échangeants à grande distance

La situation actuelle reste dramatique pour un lieu partiellement inscrit au Patrimoine Mondial et Parc National, qui ne sont que des titres: la réalité, c'est un patrimoine naturel abandonné à la prédation touristique et économique.

2018-10

OCTOBRE 2018 résumé et notes complètes.
LES TRAVAUX DE L'HÉLISTATION ont d'or et déjà provoqué la destruction d'une zone de nifification des papangues, ont détruit une zone d'intérêt écologique réservoir de biodiversité, SANS PERMIS DE CONSTRUIRE (pas trouvé de trace de l'autorisation).
Cette zone est particulièrement exposée aux vents, surélevée: c'est un nouvel espace de lancement des plantes invasives par disséminations de graînes et fragilisation du millieu. Les dégâts sont très importants, vu la rareté de sites naturels similaires, et le mal est déjà fait: le piton a été applani, tout a été rasé...

CHOIX INCOMPRÉHENSIBLE.
En effet, ce site, déjà applani, avec accès, protégé du vent de la plaine, aurait pu assurer cette fonction sans faire tant de dégât. (le vent de la plaine se signale par ce phénomène et est évident dans ce tournage 20181010 113652 on peut se demander si les études aérologiques ont été faites!!!) ce site est plus facile à approcher, caché des habitations, avec beaucoup moins d'impact acoustique lors de l'approche et des départs, était tout indiqué pour descendre les poubelles du refuge et assurer les ravitaillements en cas de coupure de la route de Cilaos. Pour l'éventuel tourisme, il aurait juste fallu "nettoyer un peu" et se poser sur un lieu panoramique qui "en jette" n'était pas une nécéssité absolue.


 2018-10-10 photos.
 20181010 1107 travaux hélistation
20181010 1111 Brûlé Marron
20181010 1119 travaux hélistation
20181010 1123 travaux hélistation
20181010 1126 travaux hélistation
20181010 1129 travaux hélistation
20181010 1132 travaux hélistation
20181010 1142 travaux hélistation
20181010 113652 hélistation de CILAOS Vidéo pour Cilaos Mon Amour


mi octobre 2018
Bruit intensif pouvant être continu 2 heures de suites entre 6h30 et 8h30 du matin, relative acalmies avec des moments de calme pouvant atteindre 15mn ensuite, et phase de survols intensives survenant vers 11h
Le fait que le calme ne revient pas et est massacré par les survols de 11h continue de bloquer la matinée. Un correspondant guide de montagne constate la désaprobation croissante de ses clients, et signale même un témoignage d'une personne mise en grande difficulté nerveuse à Aurère, à Mafate. À Cilaos, il ne faut pas compter sur les lieux avant 11h, ensuite, ça reste occasionnel, les nuages viennent souvent limiter, heureusement.
Une grande amélioration passagère est du au fait que l'autogyre ne semble plus passer, ces deux dernières semaines.




2018-09
septembre et début octobre 2018 :
c'est peu différent de la période d'observation été 2018 (spectrogramme des nuisances sonores).
Intensif entre 6h et 9h du matin avec plus de 65dBA au sol à CILAOS-ville zone résidentielle, ça reste une ambiance délirante "de guerre" ou de "pays sinistré" car dans les autres endroits du globe, une telle concentration d'hélicoptères à la suite est généralement associée à des catastrophes ou des opérations militaires.

Puis vient dans la tranche horaire 9h 10h une acalmie  remarquable, plus marquée que lors de la grande période d'observation de début d'année, pouvant atteindre 20mn: on croirait que le calme est revenu, mais c'est désilusion car ça reccomence, pas en continu mais tout de même avec 5 à 7 survols/heure.
La quiétude digne de la recconaissance des lieux ne revient qu'
à partir de midi et perdure des passages d'autogyre, et seulement la plupart des après midi les nuages viennent protéger les lieux.

Il faut vraiment que le calme soit installé pour que les chants d'oiseaux s'installent avec cohérence: cela n'arrive pas, jamais le matin, et pas toutes les après midi, c'est déjà le printemps, "normallement" ça devrait chanter beaucoup plus. Quand l'autogyre passe tardivement, ou tout autre source de bruit intense et prolongé, tarde le retour des chants d'oiseaux, mis à part l'exotique merle-maurice qui semble le seul à ne pas être perturbé.
SUITE MOIS #2018-10



septembre 2018 => 2018-09

#2018-10

Août 2018
destruction d'un site naturel pour l'hélistation de CILAOS.

Hélistation de CILAOS (photos 24 août 2018):


page temporaire pour préparer les mise à jour de "http://cilaos-mon-amour.com ou http://www.cilaos-mon-amour.com" et son doublon de secours "http://cirque.de.cilaos.free.fr

Cilaos mon amour coûte cher et devrait être arrêté. Il est donc temporairement en doublon synchronisé avec un serveur gratuit en attendant de laisser le site en plan mais archivé, Cilaos mon amour est conservé le temps de changer les liens des doccuments hors-site s'y référant
.

adresse des publications postérieures à la tenue de CILAOS MON AMOUR.
http://fourretout.free.fr/cilaos-mon-amour-tmp/
http://cirque.de.cilaos.free.fr mise à jour annuelle après finalisation.